L’assistant·e familial·e

L’assistant·e familiale (AF) est un·e travailleur·euse social·e qui dans le cadre de sa profession, accueille à titre permanent des enfants ou des jeunes majeurs de 18 à 21 ans à son domicile et dans sa famille. L’accueil s’inscrit dans le cadre du dispositif public de la protection de l’enfance, un dispositif médico-social ou un service d’accueil familial thérapeutique.

  • procure, en cas de circonstances imposant une séparation entre parents et enfant,  à l’enfant ou à l’adolescent·e confié·e par le service qui l’emploie, des conditions de vie lui permettant de poursuivre son développement physique, psychique, affectif et sa socialisation.
  • doit être salarié·e et être titulaire d’un agrément délivré par le président du Conseil Départemental après vérification que ses conditions d’accueil garantissent la santé, la sécurité et l’épanouissement des mineur·es accueilli·es.

Les assistant·e·s familiaux·iales sont employé·es par le service d’aide sociale à l’enfance des Conseils Départementaux, par des services de placement familiaux gérés par des établissements privés associatifs autorisés par les départements et habilités par la justice, par des services d’accueil familial spécialisé ou par l’accueil familial thérapeutique en services de psychiatrie infanto-juvénile

Le rôle de l’assistant·e familial·e  est :

  • d’assurer permanence relationnelle, attention, soins et responsabilité éducative au quotidien de l’enfant, de l’adolescent ou du jeune majeur selon ses besoins
  • de favoriser l’intégration de l’enfant, l’adolescent·e ou le·la jeune majeur·e dans la famille d’accueil en fonction de son âge et de ses besoins, de veiller à ce qu’il-elle y trouve sa place ; et, avec les autres membres de l’équipe technique pluridisciplinaire du service d’accueil familial permanent (travailleur·euse social·e référent·e, psychologue, psychiatre, responsable de service…) et les autres membres de la famille d’accueil :
  • d’aider l’enfant, l’adolescent·e ou le·la jeune majeur·e à grandir, à trouver ou retrouver un équilibre et à aller vers l’autonomie
  • d’accompagner l’enfant, l’adolescent·e ou le·la jeune majeur·e dans ses relations avec sa propre famille.

Le travail de l’assistant·e familial·e  s’inscrit dans un projet éducatif global qui nécessite un ensemble d’interventions psycho-socio-éducatives spécifique à chaque enfant, adolescent·e ou jeune majeur·e. En conséquence, l’assistant·e familial·e  fait partie de l’équipe pluridisciplinaire d’accueil familial permanent et à ce titre participe aux réunions d’évaluation et/ou de synthèse sur la situation du ou des enfants accueillis.

Ainsi cette profession participe à la prise en charge des conséquences des troubles de la parentalité pour l’enfant et à la prévention de leur répétition. Elle contribue également à la lutte contre les exclusions dont peuvent être victimes les personnes ayant souffert de troubles importants durant l’enfance.

La formation vise à valider 3 domaines de compétences.

Remarque : conformément à la définition de la profession, le terme « enfant » désigne indifféremment « l’enfant, l’adolescent·e ou le·a jeune majeur·e ».

  • DC1 : Accueil et intégration de l’enfant dans sa famille d’accueil (140h)
  • DC2 – Accompagnement éducatif de l’enfant (60h)
  • DC3 – Communication professionnelle (40h)

La formation a pour objectif l’acquisition des 3 domaines de compétences suivants :

 

DC 1 : Accueil et intégration de l’enfant dans sa famille d’accueil

  • Savoir répondre aux besoins physiques, psychiques et de soins de l’enfant
  • Savoir intégrer l’enfant avec l’aide de l’équipe pluridisciplinaire

DC 2 : Accompagnement éducatif de l’enfant

  • Favoriser son développement global
  • Contribuer à son insertion sociale, scolaire ou professionnelle

DC 3 : Communication professionnelle 

  • Communiquer avec les membres de l’équipe de placement familial
  • Communiquer avec les intervenants extérieurs

Durée : La formation est dispensée en alternance avec le milieu professionnel sur une amplitude de 18 à 24 mois. Sa durée, de 240 heures, doit être suivie obligatoirement par tout(e) assistant(e) familial(e), dans un délai de trois ans après la signature du premier contrat de travail.

Diplôme requis et conditions d’admission

La formation n’est accessible qu’aux personnes ayant effectué le stage préparatoire à l’accueil d’enfant d’une durée de 60 heures. Ce stage est organisé par l’employeur, dans les deux mois qui précèdent l’accueil du premier enfant confié à l’assistant·e familial·e.

Le dossier d’inscription est à retirer au service Admissions de l’EPSS (au 01 30 75 62 90 ou au 01 30 75 59 14) et son dépôt requiert l’accord préalable de l’employeur.

La règlementation ne prévoit pas d’allègement ou de validation partielle en dehors des candidat·es ayant obtenu celles-ci dans le cadre de la Validation des Acquis et de l’Expérience. Les candidat·es ayant obtenu une validation partielle par la VAE sont soumis·es aux mêmes conditions réglementaires s’ils-elles décident d’acquérir les domaines de compétences manquants par le biais de la formation. Par ailleurs, sont dispensé·es de suivre la formation les assistant·es familiaux-ales titulaires d’un Diplôme d’Etat (Décret du 30/12/2005, art. D.421-27) :

-d’Auxiliaire de Puériculture

-d’Educateur·rice de Jeunes Enfants

-d’Educateur·rice Spécialisé·e

-d’Infirmière Puéricultrice.

Diplôme accessible par la VAE

Pré-requis :

  • Justifier au minimum d’un an d’expérience, temps plein, sur les fonctions d’Assistant·e familial·e
  • Obtenir la recevabilité qui autorise à se présenter à la VAE, auprès de l’asp : https://vae.asp-public.fr/vaeinfo/

 

Accompagnement proposé par l’EPSS : 

Durée : 24 heures, programmées de janvier à octobre

Objectifs :

  • Sélectionner les situations et les éléments de preuve pertinents extraits de son expérience professionnelle,
  • Expliciter son expérience, ses pratiques et son positionnement professionnel, en lien avec les référentiels d’activités et de compétences du diplôme d’EJE,
  • Rédiger le livret 2,
  • Préparer l’entretien avec le jury VAE

Déroulement :

  • Phase diagnostic et de positionnement dans la démarche VAE : 4.5 heures
  • Phase de rédaction du livret 2 : 13.5 heures
  • Phase de préparation de l’entretien VAE, dont une simulation : 6 heures

Modalités pédagogiques :

  • Alternance de séances collectives et d’entretiens individuels
  • Accompagnateur expérimenté dans l’accompagnement VAE, diplômé du secteur social

Groupe : 2 à 6 candidats maximum.

Coût : 1 400 euros

Financement : Employeur ; CPF ; personnel

Attention : pas de session d’accompagnement VAE ouverte à l’EPSS pour le DE AF, en 2021