Lorsque le pasteur Paul Doumergue crée en novembre 1913, l’EPSS (École Pratique de Service Social), l’action sociale relève encore le plus souvent d’initiatives dans l’esprit de celles de la fin du xixe siècle. Issues d’un christianisme social et portées souvent par des femmes, elles aspirent à faire évoluer une société très inégalitaire qu’illustrent avant tout les conditions de vie de la « classe ouvrière » et les mouvements politiques et sociaux qui en découlent.

doumerguepaul-53299

Un fil conducteur « penser pour agir, ne pas agir sans penser »

L’orientation philosophique et religieuse dans laquelle ces promoteurs ont puisé leurs convictions sociales est un facteur déterminant. Dans ce paysage, la vision de Paul Doumergue, homme d’action et d’anticipation nourri aux sources cartésiennes de la pensée et protestante, va être décisive pour la conception et les métiers du « travail social », expression qu’il invente cette même année, au sein de l’EPSS.

L’orientation philosophique et religieuse dans laquelle ces promoteurs ont puisé leurs convictions sociales est un facteur déterminant. Dans ce paysage, la vision de Paul Doumergue, homme d’action et d’anticipation nourri aux sources cartésiennes de la pensée et protestante, va être décisive pour la conception et les métiers du « travail social », expression qu’il invente cette même année, au sein de l’EPSS.

Dans sa traversée du siècle, l’école reste fidèle à son héritage, à l’enracinement de ses valeurs réaffirmées en 2007 dans sa Charte et à son statut d’association. Jean Bastide, président de l’Association de l’Ecole Pratique de Service Social,  le résume bien lors des journées du Centenaire (2014) : « L’essentiel pour l’EPSS est de maintenir la tension entre les deux exigences : offrir aux étudiants, aux stagiaires, aux apprentis le meilleur accompagnement pédagogique vers la réussite, c’est principalement l’affaire des professionnels ; mais c’est aussi – et l’un ne va pas sans l’autre – maintenir la flamme d’un projet partagé avec l’ensemble des parties prenantes.
C’est ainsi, pensons-nous, en reprenant la distinction de Max Weber, que nous allierons l’éthique de la conviction, qui sous-tend notre volonté d’engagement dans l’action, et l’éthique de la responsabilité, c’est-à-dire comment ces actes concrets s’inscrivent dans un processus de transformation sociale, dans une vision, dans un “horizon d’attente”, selon la formule de Paul Ricœur. »

Plus qu’une formule, ces mots constituent le fil conducteur du projet et sont sous-jacents à toutes les étapes, parfois critiques, de l’histoire de l’EPSS. Ayant posé le diagnostic de l’impuissance de l’accompagnement « faute de savoir, faute de formation », le pasteur conçoit une formation d’« ouvriers » de l’action sociale, en conjuguant « pratique sur le terrain » et étude des sciences humaines, juridiques et médicales. Le passage à la professionnalisation et au salariat, partagés par d’autres écoles et déjà avancés dans le modèle anglo-saxon, renforce l’idée que la question sociale requiert des réponses fondées sur l’engagement concret, des connaissances mises à jour et un questionnement sur le sens, et donc une démarche pédagogique qui inclut ces trois composantes.

L’EPSS va ainsi participer à l’élaboration de savoirs et de pratiques novateurs en action sociale précédant, inspirant et accompagnant les politiques publiques qui vont se mettre progressivement en place.

Ancrage dans l’histoire

Au lendemain de la Première guerre, les échanges internationaux, en particulier avec les États-Unis qui organisent l’accueil des migrants, stimulent les expérimentations et la formation au travail social. En 1924 l’EPSS introduit le case work, l’« étude de cas » dans l’un de ses cours et la Première conférence internationale du travail social se tient à Paris du 8 au 13 juillet 1928.

groupeEpss1928

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la résistance à l’ennemi est incarnée à l’École par Isabelle Crémer, directrice l’établissement entre 1926 et 1954, qui a caché l’identité d’étudiantes juives et a facilité leur passage en zone protégée ; grâce à elle, des personnalités ont pu échapper à la déportation (Eugène Minkowski, Raymond Lafitte, chef du mouvement des Jeunes sionistes). Le 3 août 1992, elle est honorée du titre de « Juste parmi les Nations ».

Dans la seconde moitié du xxe siècle, la professionnalisation des acteurs va prendre une ampleur croissante, des politiques publiques sectorielles se développant pour répondre aux problèmes sociaux. La question de la formation ne peut donc se poser sans référence aux politiques sociales mises en œuvre. Cependant la concurrence entre les centres de formation qui se multiplient, notamment en province, où les études sont moins onéreuses, ainsi que la création d’écoles publiques gratuites entraînent des difficultés financières qui mettent à plusieurs reprises l’établissement en danger.

Diversification de la formation, recherche de partenariats et de conventions (Paris III Sorbonne en 1974, Paris I Panthéon en 1977, Paris Nord Villetaneuse et Paris XII en 1984) mais aussi collaboration et mutualisation s’imposent pour former à la fois des professionnels compétents et expérimentés et des individus capables de penser les politiques sociales et de donner du sens à leur action.

Mieux connaître l’EPSS

Jean Bastide, Une école de service social dans le siècle. De l’invention du social au social en question, Paris, L’Harmattan, 2013.

Éthique, laïcité, engagement : enjeux de société et formations sociales, sous la direction de Jean Bastide, Marie-José Bernardot, Roger Bertaux, Pierre Scharff, Nancy, Pun-Editions universitaires de Lorraine, 2015. Ouvrage publié à l’occasion du centenaire de l’Epss.

Territoire et innovation

En 1991, pour retrouver une dynamique d’expérimentation, deux orientations sont présentées au conseil d’administration (« Projet pour 1995 ») : implanter une autre école en banlieue, « à proximité, voire au contact d’un environnement social pour lequel il forme des intervenants. La proximité géographique est aussi une proximité de situation avec des professionnels qui accueillent des stagiaires et qui participent à la formation » ; ouvrir à d’autres formations, notamment à celles d’éducateur spécialisé, ce projet nécessitant des partenariats.

Il y a alors conjonction entre les préoccupations de l’Association EPSS et les intérêts du département du Val d’Oise et de la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales qui ratifie en 1993 le choix de l’antenne de Cergy ; la ville envisage de devenir un pôle universitaire (l’université est en construction) et d’enseignement supérieur. L’EPSS accueillera à Cergy un centre de formation pluri-filière, et Paris deviendra un « centre de ressources autour de la formation permanente et supérieure répondant aux besoins de spécialisation dans l’action sociale ».

Les conséquences de la mondialisation sur la nature et les évolutions du travail, sur les territoires et sur les populations, la réduction des financements de l’État protecteur et régulateur, remettant en cause le pacte social construit après 1945, contribuent au désarroi des uns et des autres.

Les turbulences ont atteint la société elle-même : les évolutions rapides entre genres, groupes sociaux déstabilisent les individus, brouillent les repères.

En réponse à ces mutations profondes, on assiste à la montée de l’individualisme, au rejet (de l’étranger, par exemple), à la méconnaissance de l’autre (repli dans la famille, dans son quartier, dans sa communauté…), à la progression des intégrismes religieux ou politiques, mais aussi à un déficit de capacité des élites intellectuelles et politiques à penser stratégiquement les nouveaux enjeux et à redéfinir les contours d’un progrès social et humain.

De leur côté, les travailleurs sociaux sont sommés de dépasser le modèle de l’assistance pour accompagner individuellement des personnes de plus en plus précaires vers une insertion sociale et un projet de vie, mais ils sont également de plus en plus interrogés dans leur efficacité, leurs modèles d’action.

L’EPSS, lieu de réflexion et d’innovation

Dans la conclusion de l’ouvrage édité dans le cadre des journées du Centenaire sont ébauchées des réponses pour faire face, à l’échelle de l’EPSS, aux difficultés des centres de formation : «  Plus que jamais est nécessaire une formation de travailleurs sociaux fondée sur la liberté de conscience et de pensée, à l’opposé du formatage des esprits ; sur le respect et la promotion de la laïcité, sur l’articulation étroite entre les apports des sciences humaines et sociales, l’expérience et les convictions personnelles de chacun, dans une construction à laquelle la formation doit contribuer dans le respect des spécificités individuelles. L’esprit d’ouverture, la coopération avec les partenaires, la recherche de nouvelles pistes d’action seront les moyens permettant de faire face à ces difficultés et exigences nouvelles, mais aussi de contribuer à penser l’action sociale au bénéfice des plus vulnérables2. »

Concrètement, cela se traduit concrètement par plusieurs axes :

–  La reprise des échanges internationaux avec la création, en 2016, de la Paris Summer School of Social Work, qui accueille pour plusieurs semaines des étudiants étrangers

–  L’intégration de l’EPSS à  CY Université, l’université de Cergy : les étudiants de l’Ecole sont aussi étudiants de l’université et pourront y poursuivre leur parcours……

– La recherche

– La digitalisation, dont les expérimentations et les applications ont été accélérées notamment en 2020  par le contexte de la pandémie.

– Sur le terrain, l’accompagnement des étudiants commence avant l’entrée à l’École : forums, Salons, des portes ouvertes…

  1. Citations extraites du texte de B. Wera, dans Éthique, laïcité, engagement : enjeux de société et formations sociales, sous la direction de Jean Bastide, 2015, p. 217-235.
  2. Conclusion, ibid. p. 25

Convictions et principes d’action de l’Association de l’École pratique de service social.

  • L’École est un outil au service d’une conception de l’intervention sociale qui vise l’amélioration des conditions de vie et des rapports sociaux dans le cadre d’une société plus accueillante et démocratique. En effet, la différenciation sociale croissante menace l’intégration sociale et le développement individuel.
  • Les travaux en sciences sociales peuvent et doivent nourrir l’intervention sociale et éducative, et réciproquement. L’École est également un lieu ressources et un lieu d’expérimentation, au service de l’éducation, de la formation, et du développement des personnes et des institutions qui partagent cette vision de l’intervention sociale qualifiée.
  • La formation comme l’intervention sociale exigent de chacun l’exercice et le développement de deux libertés fondamentales : la liberté de conscience (qui a toujours été la référence des dirigeants de l’EPSS) et la liberté de pensée comme creuset où se forme l’esprit critique qui conduit au respect de l’autre. Cette double exigence définit pour eux le cadre laïque de leur action.
  • La laïcité est réaffirmée comme une valeur fondamentale de l’EPSS. Ainsi les convictions religieuses relèvent-elles du domaine de la conscience individuelle et de la liberté d’opinion. Mais des tensions peuvent apparaître entre ces deux pôles que sont la neutralité de l’État laïque et la liberté de conscience, notamment dans son expression religieuse. Or, le cœur du concept de laïcité vise à permettre le « vivre ensemble » dans la sphère publique. Nous voulons en conséquence défendre la laïcité comme facteur du vivre ensemble, grâce à l’égalité des droits et à la liberté de conscience, dans une société de plus en plus diverse (y compris dans ses composantes religieuses) et face à la montée de fondamentalismes et de courants sectaires qui utilisent le religieux à des fins politiques de déstabilisation des démocraties. La laïcité doit être une des caractéristiques de la posture professionnelle des intervenants du travail social : ils doivent plus qu’auparavant être très informés du fait religieux (sociologie et histoire des religions), affirmer et réaffirmer, dans le respect des croyances de leurs interlocuteurs, le respect de la « laïcité comme règle du jeu politique et juridique » (J. Baubérot), condition nécessaire du vivre ensemble dans une société multiculturelle, s’abstenir de tout prosélytisme religieux et politique.
  • La responsabilité au sens de la responsabilité de soi-même et d’autrui est constitutive de la dignité des personnes. Les conditions de son exercice, individuel ou collectif, doivent s’offrir à tous, quel que soit le degré d’autonomie, d’handicap ou d’inadaptation.

Notre histoire

1913
15 novembre

Création de l’EPSS

Création de l’EPSS

Création de l’École Pratique de Service Social, par le pasteur Paul Doumergue

1927
11 novembre

Inauguration des locaux

Inauguration des locaux

Inauguration des locaux du 139 boulevard du Montparnasse (75006), siège de l’École

1932
25 août

Réception de l’agrément

l’École reçoit l’agrément du ministère de la Santé publique pour préparer le diplôme d’État d’assistant de service social

1993
16 janvier

Juste parmi les Nations décerné à Isabelle Crémer

Le titre de « Juste parmi les Nations » est décerné à Isabelle Crémer, directrice de l’École de 1926 à 1954, pour avoir protégé des étudiantes juives

2013
15 novembre

Centenaire de l’EPSS

Célébration du centenaire de l’EPSS.

2016
16 mai

Paris Summer School of Social Work

Création de la Paris Summer School of Social Work.

2020
01 janvier

L’EPSS devient établissement composante de CY Cergy Paris Université

L’EPSS devient établissement composante de CY Cergy Paris Université

L’EPSS devient établissement composante de CY Cergy Paris Université